Logement

Vivre dans une tiny house : quels prix pour en obtenir une ?

Vivre dans une tiny house
La tiny house est-elle un rêve financièrement accessible pour tous ? Crédits : Instagram cabiinhome / herandharry.

Les tiny houses ont le vent en poupe. Ces petites maisons nomades permettent de faire des économies, tout en vivant au contact de la nature. Une question se pose : combien coûte la construction d'une tiny house ? On fait le point.

Les tiny houses, concept venu des Etats-Unis, prônent le retour à un mode de vie simple. En clair : ces maisons en bois de petites superficies empêchent de s’encombrer du superflu.

Transportables, elles permettent à leurs propriétaires de se déplacer quand ils le souhaitent. A la clé : des économies et la réduction des factures d’énergie.

Autre avantage : une tiny house étant moins chère qu’une maison classique, finis les longs crédits étalés sur plusieurs années ! Autant de points positifs qui suscitent l’engouement pour cet habitat insolite. De plus en plus de personnes franchissent le pas, comme ce couple de graphistes indépendants. Si vous aussi vous êtes tenté de le faire, voici combien il vous en coûtera.

Combien coûte une tiny house de 15 m2 ?

Comme pour une maison individuelle, chaque tiny house possède ses propres spécificités. Ainsi, le prix dépend grandement de l’agencement, des matériaux choisis et bien sûr de la superficie. « Si vous réalisez une partie des travaux vous-même, cela influencera aussi positivement le prix », précise auprès de Livios.be Arno Geunes, de Tiny House Belgium.

Pour une tiny house de 15 m2, il vous en coûtera entre 50.000 et 60.000 euros TTC, précise le constructeur belge. Pour ce prix, vous obtiendrez une mini-maison dans laquelle vous n’aurez plus qu’à poser vos valises. Elle sera équipée du matériel nécessaire (petite cuisine intégrée) et entièrement meublée (table repliable, lit escamotable ou en mezzanine, etc).

Des tarifs sensiblement similaires à ceux pratiqués par les constructeurs de tiny houses français. Le prix moyen d’une tiny house entièrement fabriquée par un constructeur se situe ainsi autour de 50 000 euros, précise le site L’internaute.

Combien pour une tiny house dont les travaux extérieurs sont parachevés ?

Si vous faites le choix d’une tiny house dont seul le « gros oeuvre fermé » est réalisé, il vous en coûtera de 25 000 à 30 000 euros TTC. Dans ce cas précis, explique Arno de Tiny House Belgium, l’extérieur de la tiny house est finalisé (toiture, fenêtre, parement, etc). Par contre, l’aménagement et les finitions intérieures demeurent à votre charge. Il s’agit d’une solution intermédiaire idéale pour ceux qui se sentent capables d’aménager eux-mêmes leur tiny house.

La chambre d'une tiny house
La chambre d’une tiny house. Instagram @the.desingg

Construire une tiny house « gros oeuvre fermé », aidé par le constructeur

Une tiny house DIY « gros oeuvre fermé » peut être construite « par le propriétaire, avec notre assistance », explique le constructeur belge. Dans ce cas de figure, le constructeur se charge de dessiner les plans pour son client, de préparer les matériaux de construction et d’encadrer le chantier.

Les travaux sont entièrement pris en charge par le(s) futur(s) propriétaire(s). Une solution qui offre la garantie d’un résultat professionnel, tout en permettant de réaliser d’importantes économies.

Pour cette option, vous devrez débourser de 20 000 à 25 000 euros TTC.

L'intérieur d'une tiny house
Instagram @tocaturquesa

Autre coût à prendre en compte : le transport de la tiny house et la taxe d’habitation

On l’oublie souvent, mais le transport d’une tiny house a également un coût. Les tarifs s’étalent généralement entre 400 et 500 euros, en fonction des circonstances, précise Arno auprès de Livio.be. Les prix tiennent notamment compte de la distance à parcourir, de la taille de la maison nomade et de l’état du terrain sur lequel elle doit être déposée.

A cela vient s’ajouter la taxe d’habitation annuelle. En France, cette taxe est sensiblement la même que celle d’une caravane, soit 150 euros, précise Le Parisien.

Signaler une erreur