Actualités

Maladie des « cerfs zombies » : les scientifiques craignent une transmission chez l’homme


Aux États-Unis, une maladie débilitante chronique affectant les cervidés gagne de plus en plus du terrain. Appelé « la maladie des cerfs zombies », ce trouble découvert dans les Laurentides en septembre 2018 touche plusieurs troupeaux de cerfs en Amérique du Nord. Mais le pire, c’est que les scientifiques craignent qu’elle ne se transmette à l’homme dans un avenir proche !

À lire aussi : Covid-19 : cette voie de transmission du virus que l'OMS n'a pas pris au sérieux, les scientifiques inquiets

Une maladie évolutive

« La maladie des cerfs zombies », dont les manifestations rappellent ceux de la vache folle, entraîne une dégénérescence du système nerveux central. elle se caractérise également par une perte de l’équilibre, une salivation excessive, des problèmes de coordination des mouvements, une agressivité excessive et une perte de poids, mais ces symptômes peuvent attendre quelques années après la transmission chez l’animal avant d’apparaître !

En outre, la maladie se transmettrait entre les cervidés par la salive, l’urine ou encore les fèces. Aucun remède ni vaccin n’a été trouvé jusqu’à ce jour.

24 États américains concernés

Le CDC ou « Center Disease Control and Prevention », qui s’occupe en Amérique du contrôle et de la prévention des maladies affirme que la maladie a été observée chez des troupeaux de cerfs dans 24 États Américains, le Wyoming, le Colorado et le Dakota du Sud étant les plus touchés, mais aussi dans trois provinces canadiennes, dont la Saskatchewan, l’Alberta et le Québec. Pour l’instant, aucun cas n’a été détecté sur le territoire français.

D’après Michael Osterholm, directeur du Centre d’État de recherche et d’action sur les maladies infectieuses à l’Université du Minnesota, la maladie des cerfs zombies pourrait se transmettre chez les humains à l’avenir, même si aucun cas n’a été constaté à ce jour. En effet, d’autres animaux autres que les cervidés, tels que des primates, ont contracté cette maladie débilitante.

Aussi, pour limiter les risques de transmission, les autorités américaines conseillent aux gens d’éviter la consommation de viande contaminée ou présentant un risque de contamination, c’est-à-dire « que tout tissu provenant d’un animal connu pour être infecté par la maladie » ne devrait pas être « utilisé ou consommé par les humains », explique Santé Canada.

Pixabay

Signaler une erreur