fbpx
Actualités

Un couple LGBT+ devient le premier au monde à porter un bébé dans leurs deux utérus

L'enfant a été fécondé à l'intérieur de l'une des mamans avant d'être transféré dans le ventre de l'autre. (Crédit: Facebook)

Jasmine Francis-Smith a accouché d’un petit garçon en septembre. L’ovule lui avait été implanté après avoir été fécondé dans le ventre de sa femme, Donna.

C’est une première mondiale. Un couple de lesbienne a bénéficié d’une procédure révolutionnaire pour la naissance de leur fils. Appelée “maternité partagée”, elle consiste à porter un enfant dans deux utérus jusqu’à sa naissance. Le bébé est fécondé InVivo, on l’incube donc dans les ovules d’une des mères, plutôt que par voie externe, puis on le transfert dans le ventre de l’autre mère. 

Mis au point par la société suisse Anecova et réalisé à la London Women’s Clinic, ce procédé, nommé AneVivo, consiste à placer les ovules de la mère biologique dans une capsule miniature et à les insérer dans son ventre, où ils seront incubés. Après celle-ci, les ovules sont retirés du ventre de la première maman pour être placé dans celui de la seconde, qui portera le bébé jusqu’à la fin de la grossesse

Un lien particulier 

Donna, militaire, et Jasmine, infirmière dentaire, voulaient toutes les deux s’investir dans cette grossesse, ce qui a été possible grâce à AneVivo. “Cela nous a définitivement rapprochées sur le plan émotionnel et nous avons, maintenant, toutes les deux, un lien très spécial avec Otis, notre fils. À présent, nous nous sentons comme une vraie famille. Si nous devions recommencer le processus, nous ne changerions rien.” 

Le couple s’estime très chanceux d’avoir pu mener cette tentative à terme et qu’elle soit un succès, “par ce que la réalité est telle que cela ne fonctionne pas la première fois pour beaucoup de gens.” 

À lire aussi : Je suis une grand-mère de 64 ans qui adore porter des tenues légères. Les trolls disent que je ne devrais pas porter des vêtements révélateurs si je suis mariée.

Les réussites de FIV en augmentation 

Le taux de réussites d’une fécondation InVitro est de 29 % pour les femmes de moins de 35 ans, elles passent à 23 % pour les femmes de 35 à 37 ans et chutent à 15 % entre 38 et 39 ans. Les grossesses dépendent de nombreux facteurs, tels que l’âge, la réserve ovarienne, l’état de santé,… Selon les médecins, une fécondation sur quatre aboutis à la naissance d’un enfant. Pour Donna et Jasmine, elles auront dû attendre huit ans, que le projet AneVivo se mette en place pour combler leur désir de maternité ensemble. 

À lire aussi : Elle achète pour 3.000 dollars de vêtements chaque semaine pour ne pas avoir à les porter deux fois