Videos

Cette activiste russe a-t-elle vraiment déversé de l’eau de javel sur les hommes faisant du manspreading ?

Capture d'écran youtube

En 2018, l'activiste russe Anna Dovgaliouk fait polémique en aspergeant d'eau de javel les entrejambes de passagers du métro. Ce qu'elle leur reprochait ? D'écarter trop leurs jambes. Problème : la vidéo qui a fait le tour du Web serait un hoax.

Le manspreading est un concept désignant l’attitude de certains hommes qui adoptent une posture gênante. Celle-ci consiste à s’assoir dans les lieux publics et notamment les transports en commun, en écartant considérablement les cuisses. Résultat : les passagers en question prennent bien plus de place qu’un simple siège et gênent les autres usagers.

A Madrid, capitale espagnole, la Mairie a décidé en 2017 d’installer dans le métro des panneaux dénonçant le manspreading. Pour l’activiste russe Anna Dovgaliouk, ce n’était visiblement pas suffisant. En 2018, la jeune femme alors âgée de 20 ans décide de passer à l’action dans le métro de Saint-Pétersbourg.

Une punition pour lutter contre les macho

Anna Dovgaliouk est une influenceuse russe qui n’en est pas à son premier coup d’essai. Populaire sur les réseaux sociaux, elle s’est déjà illustrée en réalisant un clip dénonçant l’upskirting, forme de voyeurisme consistant à prendre des photos sous les jupes des femmes. En 2018, la jeune femme décide de s’attaquer à un autre phénomène : le manspreading.

« Vous voulez montrer publiquement quel genre de macho vous êtes ? », questionne l’activiste avant de s’exclamer en début de vidéo : « nous allons vous rafraîchir en public ! » Pour faire passer son message, Anna Dovgaliouk emploie une méthode radicale. Bouteille d’eau de javel en main, elle passe de wagon en wagon et asperge l’entrejambe des hommes qui « font étalage de leur virilité alpha dans le métro, devant les femmes et les enfants », dénonce-t-elle dans sa vidéo.

Les conséquences ne se font pas attendre : les vêtements décolorent et certains se trouent même sous l’effet de l’eau de javel. Il faut dire que le mélange employé par la jeune femme est trente fois plus concentré qu’une eau de javel classique utilisée pour la lessive. Le liquide s’avère donc très irritant pour la peau.

Réelle punition pour les « machos » ou mise en scène trompeuse ?

La vidéo rapidement devenue virale a fait le tour des réseaux sociaux et de nombreux médias l’ont reprise. Problème : elle serait montée de toutes pièces selon l’European External Action Service East Stratcom Task Force, agence fondée en 2015 par la Commission Européenne pour lutter contre la désinformation en provenance de Russie.

Anna Dovgaliouk
Anna Dovgaliouk aurait accepté de réaliser une fausse vidéo dans le but de discréditer les féministes. Crédits : YouTube.

Comme le précise le site Numerama, cette vidéo serait fausse. Les hommes aspergés dans la vidéo par Anna Dovgalyuk auraient été rémunérés. Il s’agirait d’une vidéo de propagande initiée par le Kremlin et visant à ridiculiser les féministes et leurs actions. De son côté, précise Libération, Anna Dovgaliyuk assure lutter « pour les droits des femmes et contre la discrimination sous toutes ses formes ».

Signaler une erreur