Témoignages

Son père meurt du Covid-19 sans mutuelle, sa famille reçoit la facture : « ça fait mal »


Le père de 74 ans est décédé du Coronavirus. Sa veuve et son fils ont reçu une facture onéreuse qu'ils ne peuvent pas payer.

Âgé de 74 ans, le père est mort durant l’épidémie de Covid-19 en France. Son fils et sa veuve viennent de recevoir une importante facture de l’hôpital. Ils ne savent pas comment la régler.

La famille, écoeurée, ne compte pas payer cette somme. Le fils explique qu’après la douleur de la perte de son père, recevoir une telle facture « fait mal ».

À lire aussi : Larissa meurt du Covid-19 après avoir réalisé son rêve : donner naissance à des jumeaux

« Mon père décède (du Covid-19) et recevoir une facture derrière… ça fait mal »

La pandémie de Covid-19 a fait des milliers de morts dans le monde entier et continue d’en faire. En France, un fils a perdu son père, âgé de 74 ans.

A la douleur de cette mort s’ajoute celle d’avoir reçu une facture salée. Comme l’explique le fils dans un reportage diffusé par France 2, sa mère et lui ont reçu une note de l’hôpital.

L’établissement qui a tenté de soigner le défunt durant 10 jours, en réanimation, leur demande de régler la somme de 7 036,80 euros. Une somme dont ils ne peuvent s’acquitter.

« Mon père décède et recevoir une facture derrière c’est… ça fait mal. C’est comme un couteau dans le dos », explique le fils à la caméra.

Le père décédé du Covid-19 à l’hôpital n’avait pas de mutuelle

Selon France 2, ce reste à charge de 7 036,80 euros correspond aux frais non couverts par l’assurance maladie du défunt. En effet, l’homme qui percevait une petite retraite ne possédait pas de mutuelle.

Désormais, c’est bien à sa veuve et son fils qu’il incombe de régler la facture. Cependant, ce dernier étant en chômage partiel et la mère ancienne femme de ménage, ils ne peuvent régler la somme.

Ma mère touche 560 euros, comment elle va payer 7000 euros ? (…) Je veux une aide de l’Etat,

réclame le fils.

Selon la famille, l’hôpital dans lequel le père est mort fin avril 2020 les menace de faire intervenir un huissier.

« Nous avons une famille qui est criblée par la douleur et la dette (…) La solidarité nationale devrait prendre en charge ces sommes », affirme leur avocat, Me Benjamin Fellous.

Signaler une erreur