Société

Une Américaine appelle la police pour agression car un « homme noir » lui demande simplement d’attacher son chien


Les émotions sont encore vives aux États-Unis après la mort de George Floyd, tué par un policier. Cet incident à Central Park ajoute de l’huile sur le feu.

La vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux. Aux États-Unis, une femme a perdu son emploi pour « racisme », car elle a contacté la police, prétendant qu’un « Afro-Américain » la menaçait. Pourtant, il lui avait tout simplement demandé d’attacher son chien.

À lire aussi : Attacher un jeune enfant dans un siège auto lorsqu’il porte un gros manteau est interdit

Elle avait composé le 911 pour signaler une agression

La scène s’est produite lundi dernier à Central Park, un parc de New York. Christian Cooper, un ornithologue, se baladait tranquillement pour admirer les oiseaux quand il a croisé Amy Cooper. Contrairement au règlement,  le chien de cette dernière se promenait librement, sans laisse. L’homme lui a demandé d’attacher l’animal, mais elle a refusé.

Choqué par cette réponse, Christian a sorti son téléphone, il a commencé à filmer. Furieuse, Amy s’est approchée et lui a ordonné d’arrêter.  Comme il n’a pas obtempéré, elle compose le 911 : « Un Afro-Américain me menace, moi et mon chien, envoyez des policiers immédiatement! ».

Pendant ce temps, son chien avait du mal à respirer, étranglé par son collier que sa maitresse tenait fermement.

Amy finit par céder et attache le toutou.  

Un acte raciste contre les Afro-Américains ?

Melody, la sœur de Christian, a publié la vidéo sur les réseaux sociaux. Elle est devenue virale avec plus de 43 millions de vues. La scène a suscité l’indignation des internautes. Nombreux sont ceux qui ont accusé Amy de raciste. Certains n’ont pas hésité à la qualifier de « Karen », un surnom peu flatteur.

Elle appelle la police prétendant être victime d'une agression.
Amy Cooper a refusé d’attacher son chien. Capture d’écran

Finalement, Amy a reconnu ses torts, elle a présenté ses excuses : « Je ne suis pas raciste. Je ne voulais faire de mal à personne. Je crois que j’ai juste eu peur. Lorsque vous êtes seule là-bas, vous ne savez pas ce qui peut se passer. Mais ce n’est pas excusable ou défendable ».

Malgré cela, la vidéo est parvenue jusqu’à son employeur, Franklin Templeton, une entreprise d’investissement immobilier. Les responsables ont décidé de l’envoyer en congé administratif.

Signaler une erreur