Société

Un couple meurt du coronavirus à 2 heures d’intervalle après avoir été marié depuis 60 ans


Le coronavirus continue de faire des victimes en Italie, les personnes âgées sont les plus vulnérables. Le destin de ce couple d’octogénaires était vraiment uni. Ils n’ont pas bénéficié d’un soin approprié, leur fils raconte son chagrin.

On parle de :

À lire aussi : Un couple nous quitte à quelques heures d'intervalle après 71 ans de mariage

Jusqu’à ce que la mort nous sépare. Beaucoup de gens n’ont pas réussi à tenir cette promesse durant leur mariage. Severa Belotti et Luigi Carrara l’ont honoré jusqu’à la fin. Âgés respectivement de 82 et 86 ans, ils ont succombé sous les assauts du covid-19.

Les médecins les ont renvoyés chez eux

L’amour entre Severa et Luigi est éternel. Ils sont décédés le même jour, avec seulement deux heures d’intervalle. Luca, leur fils, a fait part de son chagrin sur les réseaux sociaux. Il a détaillé le dernier jour de ses parents.

« Ils ont passé huit jours avec 39 de fièvre. Le médecin n’était pas disponible, les pompiers ne venaient pas. Je ne suis pas en colère contre eux, je les comprends et je ne peux que les remercier parce qu’ils ont essayé de les sauver » a-t-il confié au journal « Corriere della Sera ».

Son père avait été admis à l’hôpital de Bergame  le 7 mars dernier, sa mère l’a suivi le lendemain. Comme tous les autres établissements du pays, le nombre de lits était largement insuffisant. Par conséquent, les médecins étaient obligés de sélectionner les patients et ont dû laisser partir les plus âgés.

« Ce n’est pas comme une grippe ordinaire. C’est pire »

Le fils continue : « C’est vrai qu’ils étaient tous les deux vieux. Mais ils allaient bien. Mon père n’a jamais eu besoin d’aller chez le médecin avant ça. Ce n’est pas comme une grippe ordinaire. C’est pire. Une fois à l’hôpital, vous pouvez en sortir vivant ou mourir ».

Le couple est décédé à deux heures d’intervalles

C’est un véritable coup dur pour Luca. Étant lui-même en quarantaine, il ne peut pas côtoyer d’autres personnes, même sa sœur qui est également confinée. « En un jour, j’ai perdu mes deux parents. Je ne vois personne en ce moment. »

Sa conclusion suscite l’espoir : « nous devons continuer à vivre, mon père me l’a toujours dit ».

Signaler une erreur