Société

Marion Maréchal ne veut pas « s’excuser d’être blanche » après la mort de George Floyd


Sur Facebook, l'ex-députée d'extrême droite n'a pas caché sa « réaction épidermique » vis-à-vis du traitement de la mort de George Floyd, par les médias comme le gouvernement.

Face à ce qu’elle qualifie de « rouleau compresseur » de l’affaire George Floyd, Marion Maréchal est exaspérée. La nièce de Marine Le Pen a publié une vidéo mercredi, dans laquelle elle réagit de manière virulente. « Je n’ai pas à m’excuser en tant que Blanche et en tant que Française » pour « la mort d’un Afro-Américain », affirme-t-elle.

Dans cette vidéo postée sur Facebook, Marion Maréchal explique aussi ne pas vouloir s’excuser pour la mort d’Adama Traoré. Ce dernier est décédé en 2016 suite à son interpellation par les forces de l’ordre, en France. Quant à George Floyd, Afro-américain, il a récemment été tué par un policier blanc aux États-Unis.

Une manifestation dénonçant les violences policières suite à la mort de George Floyd
Source : Wikimédia

Marion Maréchal exaspérée par la médiatisation de l’affaire George Floyd

« Je n’ai pas à m’excuser en tant que Blanche et en tant que Française (…). Je n’ai pas à m’excuser pour la mort d’un Afro-Américain aux États-Unis », déclare dans sa vidéo l’ex-députée d’extrême droite.

« Je n’ai pas à m’excuser pour la mort d’un délinquant, Adama Traoré, une mort accidentelle qui a eu lieu à la suite d’une interpellation qui n’était pas liée (…) à sa couleur de peau, mais aux crimes qu’il aurait commis »,

a également affirmé Marion Maréchal.

Pour rappel, Adama Traoré avait été interpellé dans le cadre d’une opération visant son frère. Ce dernier est suspecté d’extorsion de fonds.

La petite-fille de Jean-Marie Le Pen poursuit : « Je n’ai pas à m’excuser parce que je n’ai pas colonisé, je n’ai colonisé personne. » Dans cette même vidéo, elle souligne : « Je n’ai mis personne en esclavage de la même manière que tous ces militants politiques (…) n’ont jamais été colonisés ou mis en esclavage ».

Mon coup de sang sur l’affaire Floyd et Traoré. Ce qui se prépare derrière cette propagande et cette volonté de subversion des esprits est terrifiant. Je ne veux pas de ce monde qui alimente les tensions raciales et institutionnalise les discriminations basées sur l’origine! Comme beaucoup de Français, je refuse de « mettre un genou à terre » et ne laisserai pas mon pays devenir le terrain des militants « antiracistes ».

Publiée par Marion Maréchal sur Mercredi 10 juin 2020

Le gouvernement accusé de céder à l’émotion, selon Marion Maréchal

Marion Maréchal poursuit sa vidéo en dénonçant l’attitude de l’Élysée face aux mouvements anti-racisme. Soulignant une « tentative de subversion des esprits » et des « groupes militants, de gauche, dits antiracistes, indigénistes, « Blacks Lives Matter » », elle affirme :

Ces groupes nous « demandent (…) de nous mettre à genoux, mais en plus de salir la mémoire de nos ancêtres, de cracher sur notre histoire ».

La nièce de la représentante du Rassemblement national accuse le gouvernement de céder à « la loi de l’émotion du groupe ». D’après Marion Maréchal, l’exécutif ne devrait pas tolérer les manifestations dénonçant les violences policières.

Signaler une erreur