Santé

Plus leur poitrine est grosse, plus les femmes attrapent des rhumes qui durent plus longtemps

Les femmes aux grosses poitrines restent malade plus longtemps

On connaissait les effets que la poitrine peut avoir sur le dos des femmes, mais apparemment, ce n’est pas tout. Selon une étude, elle impacterait également la santé de la gente féminine. On vous explique tout.

Quand l’hiver arrive, les rhumes, grippes et gastro font leur grand retour. On n’y échappe pas, de fin novembre jusqu’à la mi-mars, gare aux bactéries. Difficile d’échapper aux virus qui feront des ravages dans les salles de classes et bureaux. Mais saviez-vous qu’une partie de la population était plus à risque que l’autre ?

Malades deux fois plus longtemps

On ne parle pas des enfants et des personnes âgées, mais bien des femmes aux gros seins. Selon une étude polonaise publiée dans la revue Archives of Sexual Behavior, elles souffrent plus souvent de rhume et de la grippe, mais aussi, plus longtemps. En moyenne, les femmes aux bonnets F seront malades pendant 8,3 jours, contre 3,8 chez les bonnets A. Elles ont également 56 fois plus de chance de prendre des antibiotiques, comme l’explique The Sun.

Elles sont, en moyenne, malade deux fois plus longtemps que les autres
[quads id=7]

Chacune des 163 femmes interrogées a avoué être tombée malade au cours des trois dernières années. Grippe, rhume et autres infections respiratoires sont donc plus présents chez elles. « La taille des seins était positivement liée aux infections respiratoires et à deux de ses composants, soit la durée moyenne de la maladie et la fréquence d’utilisation des antibiotiques », conclut l’étude. « Ce qui signifie que les femmes aux seins plus gros ont connu des épisodes plus longs de maladies respiratoires et ont pris des antibiotiques plus fréquemment. »

Oui, mais pourquoi?

Les explications sur ce résultat des recherches sont que la graisse dans les seins affaiblit le système immunitaire. Cela rend le rétablissement plus compliqué après une infection. L’hormone leptine, produite dans les tissus adipeux, peut également affecter le système immunitaire.

Signaler une erreur