Santé

« Le visage de l’épidémie a changé » : le virus touche désormais des patients plus jeunes et plus de femmes

Un jeune admis en soins intensifs
De plus en plus de jeunes sont admis en soins intensifs. Image d'illustration.

30 ans et même 18 ans... Les spécialistes constatent depuis plusieurs semaines un rajeunissement des patients admis en réanimation. Quelle est la cause de ce phénomène et faut-il s'en inquiéter ? On fait le point.

« Le visage de l’épidémie a changé », souligne Karine Lacombe auprès de France Inter ce lundi 22 mars. Comme l’explique l’infectiologue et cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine de Paris, « ce ne sont plus des personnes âgées qui arrivent à l’hôpital ».

Des patients bien plus jeunes admis en soins intensifs

Ces patients en fin de vie, qui « de toute façon serait décédés dans les mois ou l’année suivante », ont été remplacés par « des gens qui sont plus jeunes », rapporte-t-elle. Parmi ces patients, « pas mal de femmes » et des personnes qui ne présentent plus tellement de maladies associées.

Désormais, 4 nouveaux arrivants sur 10 sont âgés de moins de 60 ans. Les jeunes sont donc de plus en plus touchés par les formes graves du virus, rapporte Midi Libre. Les chiffres sont éloquents : la part des patients âgés de 30 à 49 ans a triplé, quand celle des 50-69 a doublé sur cette même période.

Autre fait alarmant, ces personnes admises en réanimation demeurent longtemps en soins intensifs, souligne l’infectiologue au micro de France Inter. Ces séjours en réanimation sont passés de 12 à 15 jours en moyenne et pour les patients intubés, de 17 à 21 jours, précise L’Express.

Ces patients, lorsqu’ils n’y laissent pas leur vie, en sortent avec de graves séquelles qui perdurent. Pour Karine Lacombe, ce changement de profil des malades du virus est un problème majeur. Outre les drames humains qui se jouent, l’épidémie entraîne « une baisse de la qualité des soins apportée à tout le monde ». En effet, pour faire face à cet afflux de jeunes patients en réanimation, les hôpitaux doivent s’organiser, trier les urgences et prendre des décisions.

Jeune patient en réanimation
La part des jeunes patients admis en réanimation a triplé ces dernières semaines. Image d’illustration.

A quoi est dû ce changement de profil des patients en réanimation ?

Autre donnée inquiétante : les femmes, qui jusqu’ici semblaient plus épargnées que les hommes, sont désormais impactées. Ains, selon les derniers bilans transmis par Santé Publique France, de plus en plus de femmes déclarent des formes graves du virus nécessitant une admission en réanimation.

Pour finir, ce profil inquiétant englobe désormais une part croissante de patients ne présentant pas de facteurs à risque. Santé Publique France note ainsi une baisse du pourcentage de personnes ayant des comorbidités, bien que cette part demeure la plus importante.

A quoi ce changement de profil des patients en réanimation peut-il être imputé ? Les spécialistes s’accordent à dire qu’il coïncide avec l’arrivée du variant britannique en France, bien plus virulent et contagieux. Des recherches sont actuellement en cours pour le démontrer.

Signaler une erreur

.

Ce contenu peut également vous intéresser :


Vous aimez cet article ? Recevez les meilleurs chaque jour. C'est gratuit.

 

ON Y EST PRESQUE... Il va juste falloir que l'on confirme votre adresse e-mail. Pour confirmer votre inscription, merci de cliquer sur le lien que l'on vient de vous envoyer par mail. (vérifiez votre dossier SPAM)

Quelque chose n’allait pas.

Fermer