Non classé

Affaire Mawda : le policier auteur du coup de feu mortel inculpé pour homicide involontaire

La petite Mawda avait été touché par un tir de la police alors que ses parents fuyaient (Crédit: Com)

Lors d’une course poursuite le 17 mai 2018, le policier belge avait ouvert le feu contre le véhicule transportant des migrants. Un tir avait touché la petite Mawda, décédée peu de temps après. Il a été condamné pour homicide involontaire, en attendant son procès.

L’affaire avait beaucoup fait parler d’elle en Belgique. Lors d’une course-poursuite le 17 mai 2018, entre la police et un véhicule transportant les migrants, une enfant était décédée. C’est la balle de l’un des policiers qui était en cause. Après la reconstitution et les analyses du rapport balistiques, la juge d’instruction a décidé d’inculper le policier en faute.

Le passeur et le chauffeur de véhicule ont également été mis en cause dans cette affaire. Les deux hommes sont en détention préventive depuis leur capture aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne. Le policier reste libre jusqu’au début du procès qui devrait avoir lieu en 2020. Il n’a pas été placé en détention, la justice estimant que le risque de récidive ou de fuite n’existait pas.

La réaction du comité Justice et vérité pour Mawda

« Nous avons enfin un premier élément d’instruction qui permettrait d’entrevoir un possible procès et un début de justice dans cette affaire », réagit déjà le comité Justice et vérité pour Mawda. Et d’ajouter : « Nous espérons d’un futur procès que l’ensemble des responsabilités, c’est-à-dire la chaîne de commandement ayant conduit à la mort de Mawda, fasse l’objet d’une qualification juridique. Au-delà de la seule responsabilité du policier qui est pleine et entière, nous espérons également que le cadre opérationnel “Médusa” (Opération qui vise à “ lutter ” contre les migrants, ndlr) fasse l’objet d’une investigation sérieuse dans cette enquête. L’affaire Mawda a constitué un point de rupture dans la politique de traque aux migrants menée par ce gouvernement, nous attendons aussi du monde politique un peu plus de courage. Nous continuons la campagne #justicePourMawda, car nous savons que le combat pour la justice sera encore long et parsemé d’embûches. »

Signaler une erreur