Télé

Mis à l’écart par CNews, Eric Zemmour réagit à la décision du CSA


Alors que la prochaine élection présidentielle approche à grands pas, Eric Zemmour s’est vu écarter de ses chroniques sur CNews. Dans la foulée, le journaliste a réagi à l’antenne et sur son compte Twitter.

On parle de :

À lire aussi : Emmanuel Macron giflé : l'opinion tranchée d'Eric Zemmour sur CNews

Pour l’heure, Emmanuel Macron ne veut pas entendre parler de l’élection présidentielle 2022. Quant à Edouard Philippe, l’ancien Premier ministre va soutenir le chef de l’Etat pour sa prochaine campagne. De son côté, le chroniqueur Eric Zemmour va sortir en mi-septembre un livre politique intitulé La France n’a pas dit son dernier mot.

Comme à son habitude, le journaliste de CNews s’engage régulièrement dans des débats politiques à l’antenne. D’après son point de vue, l’Exécutif gardait un œil depuis quelque temps. Il faut croire que ses interventions et la sortie de cet ouvrage prenaient une allure de précampagne.

Bien que le polémiste n’ait pas (encore) annoncé sa candidature, le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) a pris une décision radicale. Les responsables ont en effet demandé à CNews de décompter ses interventions en rapport avec la politique française.

Eric Zemmour dans le viseur de l’Exécutif ?

En direct dans TPMP, l’essayiste de 63 ans avait réagi à la décision du CSA. Ce dernier avait ainsi expliqué qu’il donnait son avis sur la situation actuelle en France en tant que citoyen et surtout, journaliste politique. Malgré tout, une question reste en suspens : va-t-il se présenter à la prochaine élection.

Le bruit court comme quoi Eric Zemmour repousse l’officialisation de son éventuelle candidature afin de rester le plus longtemps possible à l’antenne. C’est justement la question que Laurent Ruquier lui avait posée sur le plateau d’On est direct sur France 2. Ce à quoi l’intéressé avait répondu :

« Vous avez vu qu’ils me cherchent déjà des poux dans la tête avant même que je sois candidat »

Sur le plateau de TPMP, Jean Messiha, ancien adhérent du Front national avait expliqué que si Eric Zemmour n’était pas classé à l’extrême droite de l’échiquier politique, il n’aurait pas ce genre de problème. En effet, d’autres éventuels candidats à la présidentielle peuvent librement s’engager dans des débats publics.

De son côté, Christine Kelly avait précisé que jusqu’à l’annonce de sa candidature, Eric Zemmour avait carte blanche pour décrypter des faits politiques dans ses rubriques sur CNews. Ainsi, selon Catherine Nay sur Europe 1, le décompte de son temps de parole ne repose sur aucune base juridique.

CNews regrette la décision du CSA

Début septembre 2021, Eric Zemmour avait renoncé à tenir ses chroniques dans Le Figaro afin de promouvoir son livre et d’aller à la rencontre des Français. De son côté, le CSA avait fait pression sur CNews.

Le 9 septembre dernier, le média audiovisuel a ainsi annoncé la décision du CSA via un communiqué. CNews a cependant expliqué que des millions de téléspectateurs sont désormais privés des interventions du polémiste.

Le journaliste politique avait par la suite réagi dans l’émission L’Heure des pros sur CNews.

« Je pense que c’était inévitable. Je pense que le CSA l’a fait exprès. Après mûre réflexion, pendant le week-end, on a bien compris que c’était la seule solution raisonnable. Quand on ne peut pas résister, il faut rompre et résister ailleurs »

Signaler une erreur