Animaux

Horreur: cet homme a adopté Pantoufle suite à un appel à la solidarité, mais il finit par l’égorger dès la première nuit

Depositphotos / D.R.

Ému par l’histoire de René, un couple lui offre Pantoufle pour l’aider à surmonter sa solitude, mais l’homme l’a égorgé dès la première nuit.

Cet homme prétendait souffrir de la solitude et d’une dépression. Il lance donc un appel à l’aide afin de trouver un compagnon de vie. Touché par son histoire, un couple a alors parcouru 200 km pour lui confier Pantoufle, leur bichon maltais.  Malheureusement, ce qui aurait dû être une belle histoire s’est terminée en un tragique récit. En effet, René a égorgé le pauvre chien dès le premier soir… En effet, il disait qu’il aboyait trop. 

À lire aussi : Cet homme impressionne la Toile en soulevant un haltère de 410 kilos, 10 fois de suite

L’appel d’un homme dévasté

Le 18 janvier 2023, l’histoire de la détresse de René paraît dans les pages liégeoises de Sudinfo. Cet homme âgé de 71 ans vit dans une maison de Wanze. Il se disait être profondément attristé par la disparition de son bichon maltais de 10 ans. 

« Je n’ai plus de nouvelles de ma famille, ni de mes amis… j’aimerais en adopter un pour discuter avec », disait-il dans les colonnes du quotidien régional.

En plus du billet paru dans ce journal, René a aussi parlé de sa détresse sur les réseaux sociaux.  

« Bonjour fb, je cherche désespérément un petit chien à adopter pour combler ma solitude. Pas un chiot vu mon âge, je préfère prendre un adulte. J’ai déjà regardé dans les refuges des environs… », écrivait-il le 12 janvier dernier.

L’histoire de René et Pantoufle

6 jours après la publication de l’appel de René, soit le 24 janvier 2023, un couple est venu lui rendre visite. Il s’agit de Matthias et Anaïs. Ils vivaient à Colfontaine et ils ont parcouru 200 km pour le voir. Ainsi, le couple n’est pas venu les mains vides. Ils avaient emmené Pantoufle, leur bichon maltais de 4 ans avec eux, pour l’offrir à René.

« Nous sommes tombés sur son témoignage qui nous a beaucoup touchés », expliquait Anaïs.

Une conclusion qui aurait été formidable, si elle s’était arrêtée là. Pourtant, ce jour-là, René disait même qu’il était « heureux, peut-être plus que jamais ».

Une nuit tragique pour Pantoufle

Nos confrères ont pris une photo pour immortaliser la joie de cet homme en recevant son nouveau bichon maltais. Ce jour-là, ils étaient loin de se douter de ce qui allait arriver la nuit d’après. En effet, René a commis l’irréparable dès le premier soir. Le lendemain de leur rencontre, Matthias et Anaïs ont de ce fait contacté René pour savoir comment cela se passait entre Pantoufle et son nouveau maître. Le septuagénaire leur a expliqué qu’il l’a égorgé parce qu’il aboyait trop. Le tout, en agrémentant son récit avec des détails.

L’homme disait qu’il était vers 23 h et que le chien n’arrêtait pas d’aboyer. Il aurait d’abord essayé de le pendre avec sa laisse, mais l’animal se serait trop débattu. Mais René a fait ce qu’il fallait pour le faire taire à jamais. L’établissement a appelé la police. Bien que mal en point, Pantoufle était encore en vie lorsqu’ils étaient arrivés. Ne pouvant plus le sauver, alors les soigneurs ont dû abréger ses souffrances en le piquant. Pantoufle gît désormais dans le jardin de Matthias et Anaïs à Colfontaine. Le couple est abasourdi devant une telle barbarie.

Une vague d’indignation 

Ce me*rtre a suscité l’indignation des professionnels qui travaillent dans les refuges. Le sort de Pantoufle a en effet beaucoup fait réagir dans le milieu.

« Les adoptions doivent être réservées à des structures professionnelles. Ici, un média a donné toute légitimité à un psych*pathe à qui des gens ont décidé de faire confiance. Ce permis est essentiel. Les responsables ici ce sont, une nouvelle fois, les placements (on refuse de parler d’adoption dans ce cas) via les réseaux sociaux », souligne la SPA de La Louvière.

Pour Sébastien De Jonge, le président de Sans Colliers, René n’aurait jamais reçu un animal s’il l’avait demandé à un refuge.

Signaler une erreur