Publicité
Animaux

Curtis, le chien d’Élisa, la jeune femme tuée en forêt, placé en fourrière suite à un comportement violent

Présent aux côtés de la jeune femme lors de son décès, le chien a depuis été placé en fourrière. L’American Staffordshire aurait eu un comportement violent, qui aurait poussé les autorités à prendre certaines mesures. Curtis pourrait être euthanasié.

(Crédit: Facebook)
10 Partages

Publicité

Alors que l’on attend encore les résultats des analyses de 67 chiens présents en forêt lors du décès d’Élisa Pilarski, c’est un autre chien qui attire l’attention. Curtis, l’animal de compagnie de la jeune femme, présent au moment de son décès, a été placé en fourrière. Il avait été retrouvé blessé contre le corps de sa maîtresse, enceinte de 6 mois.

C’est la fourrière de Beauvais, dans l’Oise, qui s’occupe à présent de lui. Selon plusieurs médias français, le chien aurait eu un comportement violent et pourrait être euthanasié dans les jours qui viennent. Son autre maître, Christophe Ellul, le compagnon d’Élisa, n’est pas autorisé à le voir.

Un avocat spécialisé en droits animaliers

Cette situation a provoqué la colère de l’homme qui a engagé un avocat spécialisé dans le droit animalier. Celui-ci défendra les « droits de Curtis et le protégera au mieux. » Christophe Ellul dénonce le traitement infligé à son chien. « Il a perdu tous ses repères, confiné et isolé dans un petit box », affirme-t-il.

Crédit: Facebook

Sur Facebook, il a tenu à préciser plusieurs points : « On nous a parlé de quarantaine des suites de ses blessures. Mais un incident indépendant du drame aurait entraîné une procédure de chien mordeur. Nous essayons de le transférer de cette fourrière depuis le début, auprès d’une structure spécialisée dans la réadaptation de chiens traumatisés », explique-t-il.

Une cagnotte mise en place

Une cagnotte de 5.000 euros a déjà été récoltée dans le but d’aider Christophe et Curtis. Un combat que ne semble pas vouloir mener la famille d’Élisa Pilarski. « Nous n’étions pas au courant de la création de cette cagnotte. La priorité, c’est l’enquête et non Curtis », regrette un proche de la famille de la victime, cité par l’Est Éclair.

Signaler une erreur

Poursuivez votre lecture:


Ailleurs sur le web