Animaux

Chevaux mutilés en France : le propriétaire d’un refuge a pu établir un portrait-robot de l’agresseur


Mardi, un équidé a encore été tué après avoir subi de terribles mutilations, dans un pré en Saône-et-Loire. La nuit précédente, le président d'un refuge pour animaux a été agressé alors qu'il tentait de défendre l'un de ses chevaux mutilés, dans l'Yonne. Il a pu établir le portrait-robot de l'un de ses agresseurs.

On parle de :

À lire aussi : 10 rituels de beautés étonnants qui sont utilisés dans l'Antiquité

La psychose s’est installée chez les propriétaires et les éleveurs d’équidés, en France. Depuis plusieurs mois, une trentaine de chevaux, ânes et poneys ont été atrocement mutilés. Certains ont également été achevés. Un déchaînement de violence inouï que les enquêteurs peinent à comprendre.

Une ponette totalement vidée de son sang

Ce mardi 25 août 2020, un habitant de Saint-Vallier en Saône-et-Loire a retrouvé sa ponette de 16 mois, sans vie. L’animal mutilé a été vidé de son sang par ses agresseurs… « sans pour autant en retrouver une goutte à côté », rapporte un policier.

« Le vétérinaire ne comprend pas comment c’est possible ».

La pauvre ponette a également subi des mutilations génitales et son oreille a été sectionnée, comme plusieurs autres équidés au cours de cette macabre série.

D’après Le Journal de Saône-et-Loire, une partie du museau de l’animal a également été sectionné. Son crâne a été fracassé et son diaphragme enfoncé.

L’enquête a été confiée au commissariat de Montceau-Les-Mines.

Le président d’un refuge pour animaux agressé, un portrait-robot diffusé

Dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 août, Nicolas Demajean, président d’un refuge pour animaux dans l’Yonne, a été agressé. Réveillé par les hennissements de ses animaux, l’homme s’est empressé de leur venir en aide.

Nicolas Demajean s’est alors retrouvé face à face avec plusieurs individus d’une quarantaine d’années. L’un d’eux lui a entaillé l’avant-bras gauche avec une serpette, tandis que les autres prenaient la fuite.

Le président, qui a dû être hospitalisé, a reçu une incapacité totale de travail de quatre jours. Il assure avoir très bien vu son agresseur, dont il a pu faire le portrait-robot.

[ PORTRAIT ROBOT DANS CADRE AFFAIRE SÉVICES GRAVES OU ACTE DE CRUAUTÉ ENVERS DES ÉQUIDÉS ]Dans la soirée du 24 août…

Publiée par Gendarmerie de l'Yonne sur Jeudi 27 août 2020

Deux poneys du refuge ont été lacérés à l’arme blanche, l’un sur 50 cm et l’autre sur 25 cm. Un cheval a également été balafré sur 20 cm. « Il n’y a pas de mots, c’est de la barbarie, de la cruauté. Et un acte gratuit car ces animaux ne peuvent se défendre », déploré Nicolas Demajean. L’enquête a été confiée à la brigade de recherches d’Auxerre.

Ces derniers mois en France, plusieurs dizaines d’équidés ont été victimes de terribles mutilations. Des chevaux, juments, ânes, poneys et ponettes qui sont retrouvés atrocement blessés par leurs propriétaires, ou bien à l’agonie. Plusieurs enquêtes sont en cours.

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur