Actu

Val-de-Marne : Une fête clandestine dégénère avec plus de 300 participants

Un loft de Joinville-le-Pont
Le loft aurait accueilli entre 300 et 400 personnes, source : capture d'écran TF1

Avant l’intervention de la police, cette fête se tenait dans un loft. Au moins un participant est testé positif au COVID-19.

à découvrir

Ce vendredi soir, au moins 300 personnes ont fait la fête dans un loft loué pour l’occasion, à Joinville-le-Pont dans le Val-de-Marne. Une scène complètement invraisemblable lorsqu’on pense aux mesures de reconfinement mises en place depuis fin octobre pour l’ensemble des citoyens. 

Une soirée interdite

Depuis que la population est reconfinée, il n’est pas possible de recevoir des amis et de la famille chez soi. Dans son allocution télévisée, Emmanuel Macron avait même déclaré : 

« Les réunion privées en dehors du strict noyau familial sont exclues » — Emmanuel Macron

Toutefois, certaines scènes laissent perplexe comme cette fête organisée par des apprentis policiers au début du mois ou cette soirée clandestine organisée dans le Val-de-Marne.

La fête dégénère

D’après des informations du journal Le Parisien, les forces de l’ordre sont arrivées aux alentours de 2 heures du matin. À l’intérieur, un pavillon ultra sécurisé qui serait loué par son propriétaire pour des soirées clandestines.

En sortant de la soirée, un des convives permet aux policiers d’entrer. Les forces de l’ordre s’étonnent alors de trouver un vigile qui garde la porte du loft, une discothèque créée de toutes pièces avec même des faisceaux lumineux et un bar.

Un mouvement de panique à l’arrivée des policiers

Une bagarre aurait éclatée entre une centaine de personnes présentes alors pour cette fête, selon le syndicat Unité SGP Police. Dans un premier temps, les fêtards pensent que les policiers étaient des personnes déguisées. Pris à partie, les forces de l’ordre sont contraintes de devoir jeter deux grenades de désencerclement

Il s’en suit un mouvement de panique de la part des invités qui cherchent à rapidement quitter les lieux. Retrouvé dans une rue proche du lieu de cette soirée clandestine, un homme est grièvement blessé à l’oeil. L’individu évoque un tir de LBD, une version niée par la police. 

Une enquête ouverte

Le parquet de Créteil ouvre une enquête pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique selon LCI.

Sur Twitter, la préfecture de police de Paris indique qu’une des personnes présentes est testé positif au COVID-19. Une information qui devrait donc inciter les participants responsables, à se faire dépister rapidement.

Trois personnes ont été placées en garde à vue avec le propriétaire du loft. Dans les prochains jours, la mairie de Joinville-le-Pont devrait porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui.


Signaler une erreur