Actualités

Une mère Russe vend son bébé pour 240 euros à une inconnue qu’elle a rencontré en ligne


La police russe les a interpellées

Déjà mère de deux enfants, Irina Volkova attendait son troisième bébé lorsqu’elle a décidé de le vendre sur internet à une parfaite inconnue prénommée « Anna ». Les deux femmes se sont mises d’accord sur le prix de 240 euros et la mère de 29 ans n’avait plus qu’à montrer les papiers de « sa cliente » à la maternité pour que le nouveau-né soit à son officiellement à son nom !

Heureusement, les médecins ont eu un doute et ont appelé la police, car la photo de la carte d’identité ne lui ressemblait pas suffisamment !

À lire aussi : Ils se moquent d'une femme en surpoids à la salle de sport : une inconnue la venge

Un deal :

Pour beaucoup de personnes, il est parfois difficile de comprendre comment une mère puisse abandonner son enfant ou pourquoi elle n’a pas recouru aux méthodes contraceptives pour éviter d’en avoir si elle n’en voulait plus. Mais le fait est qu’Irina Volkova ne souhaitait pas élever son troisième bébé.

Pour s’en débarrasser, elle a décidé de trouver la solution sur internet. C’est alors qu’elle fait connaissance avec « Anna », une femme mariée de 23 ans originaire de Saint Petersburg qui cherchait désespérément à avoir un bébé et qui craignait d’être infertile ! Irina a alors cru bon de lui confier le nouveau-né contre la modique somme de 240 euros…

 Un moyen de contourner le système légal d’adoption :

Tout était prêt : Irina devait montrer les papiers d’identité d’Anna lorsqu’elle accouchera à l’hôpital. De cette manière, le bébé sera officiellement celui de cette inconnue sans devoir passer par toutes les étapes légales de l’adoption ! Seul hic, Irina et Anna ne se ressemblaient pas vraiment, si bien que les médecins ont décidé de contacter les forces de l’ordre… Et ils ont bien fait !

D’ailleurs, ce genre de pratique serait assez courant en Russie pour faciliter l’adoption. « La police tente de bloquer toutes ces tentatives qui sont courantes. Ces femmes essaient de tromper le système légal d’adoption », explique Vladimir Tsurkanu, un enquêteur russe, au Mirror. « Ces deux femmes sont désormais coupables de trafic de mineur. »

Ayant plaidé coupables, la mère comme celle qui a acheté le bébé risquent jusqu’à dix ans de prison ferme. Elles n’auront pas non plus le droit d’élever l’enfant qui a été confié à un service d’adoption légale.

Signaler une erreur