Actualités

Un automobiliste au téléphone écrase un enfant de deux ans et prend la fuite


Une camionnette a écrasé un petit garçon de deux ans à Meurthe-et-Moselle. Le conducteur avait pris la fuite avant d'être interpellé. Selon le procureur, il était au téléphone pendant l'accident.

Téléphoner au volant est dangereux. Toutefois, certains irréductibles continuent à le faire, jusqu’à ce que l’accident survienne. Un conducteur a écrasé un garçon de deux ans, le tuant sur le coup. Le chauffeur a immédiatement accéléré, laissant le pauvre enfant à son triste sort. Les caméras et de nombreux témoignages ont facilité son arrestation. Une information judiciaire sera ouverte la semaine prochaine.

À lire aussi : Enfant percuté par un motard qui prend la fuite : le suspect remis en liberté

Trois moments d’inattention, le petit garçon a payé le prix fort

Le bambin était dans un salon de coiffure avec sa grand-mère. Comme tous les enfants, il détestait rester dans un même endroit pendant longtemps. Il chercha alors un moyen de sortir. Malheureusement, la porte n’était pas fermée. Focalisée sur autre chose, mamie n’avait même pas remarqué que son fils lui avait faussé compagnie.

Le petit garçon jouait sur la route avant d’y tomber, entre deux véhicules. La camionnette l’a littéralement écrasée, ne lui laissant aucune chance de survie.  D’ailleurs, les secouristes n’ont rien pu faire, le choc était trop violent.

Le conducteur a fui ses responsabilités

Au lieu de freiner, le chauffeur a accéléré. Les autorités ont pu l’interpeller grâce aux vidéo-surveillances et le témoignage des personnes ayant assisté au drame. Âgé de 49 ans, l’individu a reconnu les faits. Il conduisait la voiture avant de ressentir un choc. Maintenant, il estime qu’il « aurait dû s’arrêter ».

Le procureur de la République a évoqué deux circonstances aggravantes. D’abord, il roulait à bord d’une voiture de fonction. Pourtant, pendant les faits, il l’exploitait pour son propre compte, sans l’aval de son employeur. Ensuite, le chauffeur « était au téléphone au moment des faits ».  Face à la gravité de ce constat, le conducteur joue la carte de l’oubli. Concernant ce point, « il n’a pas de souvenir précis. »

Après sa garde à vue, il sera déféré au tribunal.

Signaler une erreur