Actualités

Un ado agresse une fillette de 6 ans, Il a été relâché car cela pourrait nuire à sa carrière


Reconnu coupable de maltraitance sexuelle, le jeune homme a été acquitté pour pouvoir réaliser son rêve de devenir dentiste

Christopher Daniel, un jeune homme de 18 ans, a été reconnu coupable d’agression sexuelle. Cependant, le tribunal du shérif de Dumbarton, en Écosse, a jugé bon de le libérer sans lui donner la moindre punition !

Bouleversés, les parents de la victime estiment qu’il s’agit d’une « décision scandaleuse »…

Les faits se seraient passés entre 2015 et 2017. À l’époque, l’adolescent a osé toucher intimement la fillette par-dessus ses vêtements à plusieurs reprises alors qu’elle était assise sur ses genoux et qu’ils jouaient à des jeux vidéo. Pour son crime, Christopher Daniel a été reconnu coupable d’agression sexuelle.

Cependant, le shérif Gerard Sinclair lui avait accordé une liberté inconditionnelle. En d’autres termes, son casier judiciaire restera vide, son nom ne figurera pas dans le registre des délinquants sexuels et il ne subira aucune condamnation pénale pour son crime !

À lire aussi : Vidéo-choc : Rashid, 31 ans, agresse une vieille dame de 92 ans choisie au hasard sur le trottoir

Mais pourquoi ?

D’après le Judicial Office for Scotland, le shérif aurait prononcé cette décision de le libérer, car une condamnation aurait « des conséquences graves pour la future carrière de l’accusé ». Aller en prison l’empêcherait notamment de terminer ses études universitaires et de réaliser son rêve de devenir dentiste !

De plus, le shérif a fait référence à « l’immaturité de l’accusé », jugeant que son comportement, certes déplacé, était de la « simple curiosité » de la part d’un « adolescent naïf sur le plan émotionnel », et non une tentative de « gratification sexuelle » ! De toute façon, la fillette ne semblait souffrir d’« aucune blessure ni d’aucun effet durable » éventuellement causé par ces évènements…

Dévastés, les parents de la victime ont bien voulu faire appel, mais la législation ne le permettait pas ! Du coup, ils ont cherché d’autres solutions pour que justice soit faite, notamment en appelant des milliers de personnes à signer une pétition pour que le secrétaire de la justice, Humza Yousaf, à réexamine l’affaire. « Notre système place la carrière des criminels avant le bien-être de nos enfants », peut-on notamment lire dans cette pétition qui a rassemblé à ce jour plus de 17 000 signatures.

Le premier ministre Mme Nicola Sturgeon a également été mise au courant de cette affaire. Cependant, elle ne pouvait pas intervenir, car « les décisions de détermination de la peine sont une affaire qui revient aux juges. »

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur