Actualités

Russie : que sait-on sur « Satan-2 », le missile nucléaire capable de raser la France ?


Alors que l’invasion se poursuit en Ukraine, Vladimir Poutine a repris la parole le 27 février 2022 pour brandir la menace nucléaire. Parmi l’arsenal russe, le missile Satan 2 se démarque sans doute du lot. En quelques secondes, il est en effet capable de rayer de la carte un territoire grand comme la France.

Tout porte à croire que le dirigeant russe, au pouvoir depuis 22 ans, n’a pas l’intention de faire machine arrière. Le locataire du Kremlin souhaite à tout prix venir en aide aux dirigeants séparatistes pro-russes en Ukraine. Ainsi, il a lancé cette opération spéciale. Par ailleurs, le chef d’Etat a averti que toute opposition internationale va entraîner des conséquences « jamais vues dans l’histoire ».

Les pays alliés optent de ce fait pour des sanctions économiques probablement pour éviter un conflit direct avec la Russie. Malgré tout, cela n’a pas empêché Vladimir Poutine de brandir la menace nucléaire. En effet, l’ancien membre du KGB  a annoncé mettre « en alerte sa force de dissuasion ». Voilà de quoi inquiéter les Européens.

Vladimir Poutine annonce mettre « en alerte sa force de dissuasion »
Vladimir Poutine annonce mettre « en alerte sa force de dissuasion » – ©Twitter /@CorentinSellin

En effet, cette menace n’est pas à prendre à la légère car la Russie dispose d’un imposant arsenal nucléaire dont le missile « Satan-2 ». Avec sa portée de 10 000 km, il est capable de raser l’Etat du Texas ou encore la France.

À lire aussi : La Russie développerait une torpille nucléaire géante, capable de déclencher un tsunami radioactif

Ce que l’on sait de « Satan-2 »

C’est un fait, Vladimir Poutine ne recule devant rien lorsqu’il s’agit d’imposer ses décisions. Les opposants russes en ont fait les frais. En effet, il n’hésite pas à employer la force pour dissuader tout le monde. Bien que Joe Biden ait condamné cette opération injustifiée, le président américain a formellement interdit à ses troupes d’aider les ukrainiens. Cet affrontement risque en effet de déclencher une guerre sans précédent.

A l’heure actuelle, la menace nucléaire est devenue une réalité. Selon les informations relayées par RTL, le pays envahisseur de l’Ukraine est prêt à déployer 1 600 ogives. Elles sont déjà prêtes à l’usage. Le plus préoccupant est de loin le RS-28 Sarmat rebaptisé Satan 2 par l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique nord). Pour rappel, le centre balistique russe Makeev a présenté cette arme de destruction massive en octobre 2016.

Image d'illustration
Image d’illustration – ©depositphotos

Vladimir Poutine dispose du plus gros missile nucléaire intercontinental jamais créé. En ce sens, l’inquiétude des pays alliés est légitime d’autant plus que Satan 2 est capable de parcourir 10 000 km avant d’atteindre sa cible. Aucun territoire européen n’est à l’abri à l’instar des villes comme Paris ou Londres.

D’après les informations rapportées par les autorités russes, l’ogive serait capable d’embarquer 12  têtes nucléaires. De ce fait, cette arme de destruction massive pourrait rayer de la carte un territoire grand comme la France en un clin d’œil. De plus, celle-ci peut contourner les systèmes radars grâce à sa technologie furtive. Pour couronner le tout, elle peut être lancé à une vitesse supersonique. Du coup,  elle est invulnérable et arriverait toujours à atteindre sa cible.

Faut-il craindre une guerre nucléaire ?

Il faut dire que les sanctions économiques à l’encontre de la Russie n’a fait qu’attiser le feu. Le torchon brûle entre Vladimir Poutine et les pays alliés. Depuis l’invasion de l’Ukraine, le chef de Moscou brandit la menace à savoir le chantage nucléaire. Va-t-il passer à l’acte ? Nombreux sont les observateurs à expliquer que cela ne servira pas ses objectifs.

Cependant, une petite étincelle pourrait largement envenimer la situation et provoquer une catastrophe mondiale. A titre d’information, 90% de l’arsenal mondial appartiennent à la Russie et les Etats-Unis, d’après les informations rapportées par L’Express. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles Joe Biden veut à tout prix éviter un conflit direct avec l’armée russe en Ukraine. Pourtant, l’armée américaine est actuellement chez les alliés de l’OTAN en Europe de l’Est.

Signaler une erreur