Actualités

Mustafa, un récidiviste, tente de braquer le Quick avec un couteau de 22 cm


Mustafa est venu en taxi pour braquer le Quick de Charleroi en Belgique

Il y a deux ans, Mustafa a été arrêté après avoir braqué la chaîne de restaurant Quick de Jumet à Charleroi en Belgique. La nuit du 14 au 15 mars dernier, la scène s’est reproduite. Armé d’un couteau de 22 centimètres, le quadragénaire a effectué une nouvelle tentative. Heureusement, les employées du restaurant ont réussi à le faire fuir avec des fumigènes.

À lire aussi : Guillaume Genton : après Delphine Wespiser, il tente sa chance avec une autre chroniqueuse de TPMP

« J’ai craqué pour la première fois »

Déjà condamné à 40 mois de prison avec sursis probatoire de 5 ans en 2017, Mustafa a reconnu son crime devant le tribunal. Il aurait agi sans réfléchir : « Je ne sais pas ce qui m’a pris ce soir-là. Parce que je respectais toutes les conditions de ma probation… J’ai craqué pour la première fois : une mauvaise rencontre et une rechute dans la drogue ».

Le substitut Damien Vervaeren n’est pas allé avec le dos de la cuillère. Il a notamment rappelé que Mustapha « était en période de probation ». Et surtout, « les employés du Quick bossent dur pour gagner leurs vies. ». Selon le droit pénal, une tentative de vol avec violence est passible d’une peine de 1 à 20 ans d’emprisonnement. La présence du couteau constitue aussi une circonstance aggravante. Il a ainsi requis une peine de 6 ans ferme, sans possibilité de sursis.

Le prévenu a connu des accidents de la vie

Par contre, Me Étienne Gras, l’avocat de Mustafa, a plaidé pour une peine de probation autonome « qui devrait tomber automatiquement en cas de problème ».  Il a attiré l’attention du tribunal sur les raisons ayant poussé son client à commettre les faits : « Mustafa a connu des accidents de la vie qui ont entrainé des problèmes de santé mentale. Son traitement médical lui a fait découvrir les opiacés et il est tombé dans la drogue ».

Entendu par le juge, Mustafa a déclaré qu’il ne recommencerait plus, il veut vivre aux côtés de ses enfants. Le tribunal correctionnel de Charleroi rendra son verdict le 21 juin.

Signaler une erreur