Actualités

Montpellier : un ado de 15 ans tabassé et lacéré pour une cigarette


Victime d’une agression à l’arme blanche, ce jeune garçon avait eu beaucoup de chances. Sa mère a exprimé sa colère sur les réseaux sociaux, elle a aussi écrit au maire de Montpellier.

On parle de :

À lire aussi : Montpellier : un ado de 16 ans poignarde un homme à 5 reprises pour « un regard insistant »

Un adolescent de 15 ans a été sauvagement attaqué par un groupe de jeunes à Montpellier. Le garçon a survécu à ses blessures, mais il pourrait garder une énorme cicatrice sur le visage pour le restant de sa vie.

42 points de suture sur le visage

Les faits se sont produits ce dimanche soir 31 mai à Montpellier, sur l’avenue de Maréchal Leclerc. La victime, qui fêtera bientôt son quinzième printemps, marchait tranquillement.  Un groupe de jeunes s’est alors rapproché pour lui demander une cigarette. Tout à coup, l’un d’eux l’avait plaqué au mur et le menaça avec un couteau de cuisine pour qu’il se déleste de tous ses biens.

Le jeune garçon a essayé de lutter, mais les autres membres l’ont tabassé. Un coup de genou en plein visage le fit tomber au sol. Ses agresseurs se sont ensuite déchaînés. Son témoignage est déchirant : « le détenteur de l’arme blanche est revenu pour m’asséner une lacération au couteau sur le visage… ».

Les agresseurs ne se sont pas contentés d’une cigarette, ils ont également pris les baskets et la sacoche de leur victime avant de s’enfuir. Admis en urgence, l’ado s’en est sorti avec une cicatrice de 20 cm et 42 points de suture sur le visage. Par ailleurs, plusieurs hématomes et de nombreux stigmates lui rappelleront ce douloureux souvenir.

La mère porte plainte

Après ce qui est arrivé à son fils, sa maman a déposé une plainte. Elle a aussi exprimé sa colère sur les réseaux sociaux. « Tout ça pour une cigarette, une paire de baskets… »

Elle invite le maire de Montpellier à prendre les mesures nécessaires pour que ce genre d’incident ne se reproduise plus : « Mon fils de 15 ans a eu la vie sauve, mais ça n’est malheureusement pas le cas de tous […] On aurait pu me demander d’aller l’identifier à la morgue… Dans notre malheur nous avons eu beaucoup de chance comparée à certaines familles… »

Une enquête menée par la sûreté départementale est en cours.

Signaler une erreur