Actualités

Les chasseuses de pédophiles piègent 2 hommes avec de faux profils de fillettes: elles leurs donnent ensuite rendez-vous


« Ils souhaitaient organiser une partouze avec les fillettes »

Le 12 juillet, les chasseuses de pédophiles au sein de la Team Moore ont réalisé une opération coup de poing à Reims, au nord-est de la France. Cette fois, le groupe a piégé deux hommes grâce à de faux profils Facebook de fillettes. Ils travaillent dans la même entreprise.

À lire aussi : Ils créent de faux profils pour traquer les prédateurs d'enfants sur les réseaux sociaux

Ils voulaient organiser une partouze avec les fillettes

Les membres du collectif géraient de faux profils de fillette sur le réseau social. Quatre individus ont mordu à l’hameçon. En plus des messages, ils ont également envoyé des photos obscènes aux « jeunes filles ». Les 4 hommes travaillent dans la même société, un établissement spécialisé dans le jardinage. Apparemment, ils « souhaitaient organiser une partouze avec les fillettes ».

Deux membres de la Team Moore se sont présentés sur leur lieu de travail. Des reporters de l’émission Envoyé Spécial (France 2) les ont accompagnées. Elles ont rencontré deux des quatre hommes ciblés. Sans hésiter, elles ont montré les images compromettantes et les échanges explicites.

Pour se défendre, l’un des individus a évoqué un piratage. En revanche, l’autre était particulièrement surpris par la tournure des évènements.

«  La peur doit changer de camps »

Consciente que les techniques adoptées par le groupe peuvent susciter la controverse, Jager Moore, une membre belge a clarifié leur stratégie sur RTL INFO : « Nous ne sommes pas des chasseurs. Les véritables traqueurs sont les pédocriminels. Nous ne sommes qu’un filet de sécurité, un mouvement citoyen international qui souhaite que les lois soient appliquées et les enfants protégés… Et si nos “faux profils” avaient été vos enfants ? La peur doit changer de camps et l’omerta qui entoure la pédocriminalité doit être brisée ».

Le Team Moore est un collectif international. Outre le Québec, la France, le Belgique et La Réunion, elles sont actives dans d’autres pays. Au Québec, l’association a permis l’arrestation de Luc Bélanger. Il a envoyé des photos et messages explicites au faux profil d’une fillette de 11 ans. Elles ont également contribué à l’identification d’un réseau de pédophilie sur l’île de La Réunion.

La lutte contre ce fléau requiert un effort commun. Merci de partager cet article avec vos amis.

Signaler une erreur