Actu

Le témoignage glaçant de Camille, 31 ans, atteinte du coronavirus: “Tu ne veux pas vivre ce que je vis”

Camille raconte son calvaire sur Facebook. Credit : Facebook
13 Partages

Camille, une jeune femme de 31 ans, lutte contre le covid-19 depuis plus d’une semaine. Elle analyse les raisons de sa contamination, détaille les symptômes et explique le déroulement du traitement. Son message est simple, le coronavirus est vraiment dangereux.

à découvrir

Camille, est atteinte du coronavirus. Pourtant, elle est âgée de 31 ans. Originaire de Woluwe-Saint-Lambert,  une commune de Bruxelles, la jeune femme a raconté son calvaire contre la maladie dans un long message sur Facebook.

La jeunesse ne garantit pas une immunité contre le covid-19

Au début de son message, Camille précise qu’elle n’a que 31 ans et elle n’a jamais eu de problème de santé auparavant. Comme certaines personnes sont persuadées que le coronavirus ne touche que les personnes âgées ou fragiles, elle prend le temps de démentir cette idée : « Je suis un des chiffres parmi les statistiques positives au coronavirus. Jour de quarantaine +8, état de santé actuel : alitée, respiration compliquée, voire haletante, en permanence. Tu me connais, ou quelqu’un dans ton entourage me connaît peut-être. Je sors du silence pour te conscientiser ».

Ensuite, la jeune femme décrit les premiers symptômes de la maladie : « J’ai commencé à avoir des intestins dérangés comme une gastro qui ne se déclare pas. Et puis en un coup, 4 jours après, maux de tête, fatigue extrême, dos tendu, fièvre. Le virus commence… Deux jours après, je veux me faire à manger, impossible souffle coupé, plus moyen de bouger. Le stress, panique qui monte. Obligée de faire appel à une ambulance spéciale, car je te le rappelle, tu ne peux voir personne et plus personne ne veut te voir. Quand tu es au sol et que tu ne respires plus, tu sais que le coronavirus n’est pas une simple une grippe. Le coronavirus n’est pas le dernier truc à la mode que tu veux avoir. Tu ne veux pas vivre ce que je vis. Tu ne veux pas que quelqu’un de tes proches le vive. Tu ne veux pas »

Camille a ignoré les consignes

Esthéticienne de métier, la jeune bruxelloise a livré un témoignage poignant au quotidien belge La Capitale. Elle a contracté le virus par inadvertance : « J’ai été en contact avec une personne qui était malade. J’ai passé la journée du 3 mars avec elle. Cette personne se lavait régulièrement les mains. Pour ma part, ce n’était pas le cas. Nous n’étions pas encore conscientisés à ça. On ne s’est pas fait la bise et nous n’avons partagé que deux ou trois objets sur la journée. En fin de journée, cette personne a été contactée pour faire un dépistage, car sa famille était contaminée »

Selon Camille, les symptômes sont apparus trois jours après sa contamination. « Les jours suivants, j’ai fait du télétravail. Trois jours plus tard, j’ai commencé à avoir des soucis aux intestins comme le début du gastro. Cela a duré quelques jours avant que les symptômes n’apparaissent d’un coup. C’était un samedi et j’ai essayé de contacter les services de garde. J’ai contacté SOS médecins, mais ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire. La ligne pour le coronavirus ne fonctionnait pas. J’ai finalement eu la garde bruxelloise qui m’a dit de rester chez moi. J’ai beaucoup dormi » a-t-elle raconté.

Les médecins l’ont renvoyé chez elle

Camille a finalement été admis à l’hôpital Saint-Luc. C’est seulement à ce moment-là qu’elle a appris qu’elle a contracté le covid-19. Avec l’établissement surchargé, les médecins ont décidé de la renvoyer chez elle où elle devra rester confinée. « On m’a dit de rentrer chez moi. Le lendemain quand j’ai voulu me faire à manger, ma respiration m’a lâché. Je ne pouvais plus tenir debout. J’ai appelé les urgences les plus proches de chez moi. Ils m’ont répondu que c’était le stress et que je ne devais pas paniquer. Ils m’ont conseillé d’aller dormir. Ce que j’ai fait. Le lendemain, c’était la même chose. J’avais une pression sur la poitrine comme si on appuyait avec 12 kilos en permanence ».

Mais les choses ont empiré. Désespérée,  Camille a de nouveau contacté les urgences : « Ils m’ont renvoyée vers mon médecin traitant. Il a envoyé un collègue qui a appelé une ambulance. Deux ambulanciers sont arrivés recouverts de la tête au pied. À Saint-Luc, ils ont réalisé une radio du thorax. Ils m’ont dit qu’il n’y avait pas de complications. Je pouvais rentrer chez moi avec comme seul traitement des aérosols » confie la Bruxelloise.

La barre des 1000 cas atteints en Belgique

Camille veut apporter sa contribution à la lutte contre le covid-19. Le virus est tellement dangereux, tout le monde peut être contaminé, qu’il soit jeune, vieux ou enfant. Son message est clair : « Cela fait huit jours que je ne respire pas bien. Avec ma publication, j’espère conscientiser les gens. Quand je vois mon entourage qui est davantage conscientisé avec ce qu’il m’arrive, je pense qu’il faut que tout le monde le soit. Le coronavirus, ce ne sont pas juste des chiffres. Cela ne touche pas que les personnes âgées ».

La prévention est la meilleure solution pour lutter contre le covid-19

En Belgique, le nombre de cas de contamination au coronavirus a désormais franchi la barre de 1000 malades, 5 personnes ont perdu la vie. Désormais, tous les établissements scolaires sont fermés, les événements privé ou public sont annulés. Toutes ces dispositions sont en vigueur jusqu’au 3 avril 2020 afin de limiter la propagation du coronavirus.


Signaler une erreur