Actualités

« Le médecin a dit qu’il faisait semblant d’être malade » : quelques heures plus tard, l’enfant décède de la méningite


L’arrogance du personnel médical tua un enfant de six ans

La vie de Georgie Hall a basculé en quelques heures. La maman de 38 ans a perdu son fils à cause de l’arrogance des médecins et des ambulanciers. Ils ont déclaré que son fils Oliver « faisait semblant d’être malade ».  Mais quelques heures plus tard, l’enfant décède de la méningite.

À lire aussi : Expérience sociale: ils font semblant d'être handicapés pour obtenir de l'aide, des passants refusent

« Aviez-vous obtenu ces informations sur Google ? »

Fièvre, céphalée, douleurs…Oliver souffrait le martyr. Sa mère appela un hôpital à 9h50, mais les médecins ne pourront le recevoir qu’à 15h50. Elle composa alors le numéro d’urgence des secours, mais les ambulanciers se sont carrément moqués de sa situation.

Graham Scott, un des secouristes, s’est trompé sur toute la ligne. Après l’examen, il conclut que l’enfant était en bonne santé, Oliver « faisait semblant d’être malade ».  Au lieu de se résigner, Georgie leur fit part de son inquiétude relative à la méningite. Au lieu de réexaminer le malade, ils lui demandèrent si elle avait consulté son ami Google. Finalement, ils partirent, râlant de perdre leur temps inutilement « avec les mères trop anxieuses ».

Consciente de la gravité de la situation, la maman emmena son fils à l’hôpital.

Oliver aurait pu être sauvé

Malheureusement, ils ont eu droit aux mêmes réactions. Ils n’ont même pas regardé les nombreuses éruptions cutanées sur le corps de l’enfant. Au lieu de penser à la méningite, ils estimaient qu’il s’agit d’un simple virus. Ils ont alors renvoyé la petite famille à la maison, soulignant qu’Oliver surmontera cette épreuve, sans prendre un seul médicament. Le petit garçon ne résista point. La maladie l’emporta quelques heures après. Seulement une journée s’est écoulée entre l’apparition des premiers symptômes et sa disparition.

Après cet événement tragique, une enquête fut ouverte. D’après un spécialiste des maladies infectieuses, Oliver aurait pu être sauvé s’il avaait reçu les soins appropriés.  Néanmoins, comme la rage, la méningite se distingue par sa violence. Quand les soins ne sont pas administrés à temps, il est déjà trop tard.  Le tribunal devrait donner son verdict dans quelques jours.

La vaccination figure parmi les solutions. N’hésitez pas à partager cet article pour sensibiliser les parents.

Signaler une erreur