Actualités

Le bouleversant témoignage de Véronique, l’épouse du chauffeur de bus : « Sa tête était déformée »


Quatre personnes ont été mises en examen après l'agression violente d'un chauffeur de bus à Bayonne. L'épouse de la victime, bouleversée, se confie.

On parle de :

À lire aussi : Laurence Boccolini atteinte d'une maladie incurable : son bouleversant témoignage

Ce dimanche 5 juillet, Philippe Monguillot, 59 ans, a été violemment agressé par quatre individus. Déclaré en état de mort cérébrale, le chauffeur de bus laisse derrière lui une femme, Véronique, et trois filles.

Son épouse livre un témoignage bouleversant dans les colonnes du Parisien, ce lundi 6 juillet.

Philippe Monguillot, violemment agressé alors qu’il demandait à des passagers de porter un masque de protection dans son bus

On en sait désormais un peu plus sur la violente agression qui s’est déroulée le dimanche 5 juillet 2020, dans un bus à Bayonne, au Pays-Basque.

Selon le procureur de la République de Bayonne, Marc Mariée, trois personnes ont pris place à bord du bus, avec un chien. Elles ont ensuite été rejointes par une quatrième personne.

Philippe Monguillot tente alors de contrôler le titre de transport de ce dernier individu. C’est à ce moment précis que tout bascule.

Le chauffeur de bus demande également au groupe de porter un masque de protection, obligatoire dans les transports en commun en période de coronavirus.

« Les insultes fusent puis il y a une bousculade, explique le procureur. Le chauffeur est poussé hors du bus. »

« Là, deux des individus lui donnent de violents coups de pied et de poings dans la partie haute du corps et notamment vers sa tête. »

Philippe et Véronique Monguillot.
Philippe Monguillot, chauffeur de bus, a été violemment frappé alors qu’il était en service à Bayonne, ce dimanche 5 juillet 2020. Source : D.R.

Transporté à l’hôpital, Philippe Monguillot est déclaré en état de mort cérébrale. D’après Laurent Weber, délégué syndical de la CGT cité par le journal Sud Ouest, le cerveau du chauffeur de bus ne répond plus, mais son coeur fonctionne toujours.

Suite à cette agression sauvage, un homme de 34 ans a été interpellé quelques heures plus tard. Le lendemain, quatre autres personnes ont été placées en garde à vue, avant que l’un des individus ne soit relâché.

Mardi 7 juillet dans la soirée, quatre suspects ont été mis en examen, dont deux pour homicide volontaire. Ils se trouvent actuellement placés en détention.

Véronique Monguillot, l’épouse du chauffeur de bus en état de mort cérébrale, témoigne : « j’ai l’impression de vivre un cauchemar »

Au lendemain de cette violente agression à Bayonne, l’épouse du chauffeur de bus s’est confiée au Parisien. Véronique Monguillot, prévenue du drame à 20h12 le dimanche 5 juillet, a appris que son mari se trouvait à l’hôpital.

La mère de famille s’y est rendue avec leurs trois filles, âgées de 18, 21 et 24 ans. Les médecins ont alors annoncé la terrible nouvelle : Philippe se trouve en état de mort cérébrale. Le père de famille respire grâce à une machine.

Pour Véronique, c’est le choc. « Sa tête était déformée », confie-t-elle.

Véronique Monguillot.
Véronique Monguillot se confie au sujet de la violente agression de son mari, chauffeur de bus à Bayonne. Source : capture d’écran France 2.

« Je n’ai pas envie de me rendre à l’évidence, j’ai l’impression de vivre un cauchemar. Il ne peut pas partir comme ça ».

A nos confrères du Parisien, Véronique Monguillot, bouleversée, explique que le couple avait encore de beaux projets. « On voulait encore profiter. On nous a tout détruits en l’espace de quelques secondes », déclare-t-elle, profondément triste.

Ce mercredi 8 juillet, une marche blanche a lieu à Bayonne, pour soutenir le chauffeur de bus et sa famille.

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur