Actualités

La présidence française a dépassé son budget en 2018


Les charges ont augmenté de 6 % par rapport à 2017

La Cour des comptes vient de publier son rapport annuel. L’Élysée a dépassé son budget initial en 2018, l’écart atteint les 5 millions d’euros. La présidence a ainsi puisé dans ses réserves. Les responsables expliquent cette augmentation par l’intensification des activités.

À lire aussi : Une série coréenne sur Netflix avait-elle prédit le COVID-19 dès 2018 ? Une vidéo refait surface

La présidence a dépensé 108 millions d’euros

La Cour des comptes souligne une hausse de 6.6 % des charges par rapport à l’année 2017.  Cela « s’explique principalement par celle des charges de personnel et de fonctionnement courant, en raison d’un accroissement de l’activité de la présidence ».

Par conséquent, les 103 millions d’euros prévus n’ont pas suffi. Heureusement, une réserve est disponible. Un prélèvement de 5.67 millions d’euros était nécessaire afin d’éviter une situation de déficit.

Les magistrats attirent l’attention sur le commandement militaire, il constitue 30 % des effectifs. Au 31 décembre, la présidence disposait de 816 agents, dont 333 militaires et 483 civils. Comparé à 2017, le nombre a seulement augmenté de 6 personnes. Toutefois, la différence au niveau de la masse salariale atteint 4.2 %. Même si le recours aux heures supplémentaires a baissé, il « reste élevé » au sein du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR).

Brigitte Macron dispose d’une équipe de onze personnes

Le rapport met en lumière l’équipe autour de la Première dame. Un directeur et un chef de cabinet gèrent l’emploi du temps de Brigitte Macron. Ils sont assistés par deux secrétaires. Par ailleurs,  sept autres personnes sont chargées de traiter « les 19 500 courriers qu’elle a reçus en 2018 ».

La présidence a promis de rectifier le tir. Une nouvelle réorganisation lui permettrait « à la fois d’améliorer l’efficience des services, les conditions de travail des agents et d’assurer la maîtrise des dépenses ». 

D’après la Cour des comptes, le nouveau logiciel de gestion est adapté aux « aux besoins de la présidence ». Les citoyens attendent les résultats de ces choix sur la maîtrise des dépenses.

Signaler une erreur