Actualités

La France veut éviter la peine de mort aux djihadistes français en Irak


«Nous multiplions les démarches»

En trois jours, 6 ressortissants français ont été condamnés à mort en Irak pour avoir rejoint les rangs du groupe terroriste États islamiques (EI). Maintenant, ils disposent de trente jours pour faire appel. En attendant, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a déclaré : « Nous multiplions les démarches pour éviter la peine de mort ».

À lire aussi : Dix enfants de djihadistes français ont été rappatriés en France depuis la Syrie

Les djihadistes doivent être jugés là où ils ont commis leurs crimes

Kévin Gonot, Léonard Lopez, Salim Machou ont été condamnés à mort dimanche dernier par le tribunal de Bagdad. Mustapha Merzoughi, Brahim Nejara et Karam El Harchaoui, écopent aussi de la même peine.

La diplomatie française assure qu’elle fera tout leur possible pour que ses ressortissants ne soient pas exécutés.  Le ministre des Affaires étrangères a ainsi contacté le président irakien. Rappelons que 500 djihadistes étrangers sont condamnés à mort en Irak. Jusqu’ici, les autorités n’ont pas encore procédé à leurs exécutions.

Ces verdicts pourraient relancer le débat sur le retour de ces combattants dans leurs pays, la majorité est contre la peine capitale. Leur famille invite le gouvernement français à effectuer les démarches en ce sens, mais l’opinion publique rejette cette option.

Les terroristes ont tué en France

D’origine tunisienne, Brahim Nejara vivait à Lyon. Répondant sous le nom d’Abou Souleimane al-Tounsi, il est apparu dans une vidéo de propagande de l’État islamique après la tuerie du Bataclan, un attentat qui a provoqué la mort de 130 personnes. Il  a aussi encouragé un de ses frères à commettre une attaque similaire. Brahim est également connu pour ses relations avec Foued Maohamed-Aggad, un des auteurs de ce massacre.

Selon les estimations, environ 400 à 450 Français se trouvent encore dans le nord-est de la Syrie. Certains vivent dans le camp de réfugiés tandis que d’autres sont emprisonnés. Jusqu’à aujourd’hui, seuls les enfants orphelins avaient fait l’objet d’un rapatriement.

Signaler une erreur