Actualités

Inde : il éventre sa femme enceinte pour savoir si son bébé est un garçon ou une fille


Le père voulait absolument savoir le genre de son bébé. Il s'est alors emparé d'une faucille pour ouvrir le ventre de son épouse. L'enfant n'a pas survécu et la mère a été hospitalisée.

On parle de :

À lire aussi : Prête à tout pour devenir mère, elle éventre une amie enceinte pour lui prendre son bébé

Un Indien n’a pas hésité à ouvrir le ventre de sa femme pour découvrir le genre de son bébé. Le père voulait être certain d’avoir un fils. Le petit n’a pas survécu.

Le couple d’Indiens avait déjà cinq filles

Un Indien de l’Uttar Pradesh (nord de l’Inde) a été arrêté après avoir tranché l’estomac de son épouse. Le père s’est servi d’une faucille pour ouvrir le ventre de sa femme enceinte.

Déjà à la tête d’une famille composée de cinq filles, l’homme voulait s’assurer qu’il s’agissait cette fois-ci d’un garçon. Son attaque a blessé l’enfant. Sa femme a été hospitalisée en soins intensifs à l’hôpital de New Delhi, a fait savoir la police du district de Budaun.

Le fait divers tragique s’est déroulé ce samedi 19 septembre 2020, comme le raconte le frère de la mère hospitalisée :

« Il l’a attaquée avec une faucille et lui a déchiré l’estomac en disant qu’il voulait vérifier le genre de l’enfant à naître »,

a rapporté Golu Singh, auprès de la Fondation Thomson Reuters.

Le père a été placé en détention provisoire.

En Inde, les filles sont souvent considérées comme un fardeau

En Inde, la venue d’une fille dans une famille n’est généralement pas considérée comme une joie. En effet, lors des mariages indiens, les familles des futures épouses doivent s’acquitter d’une dot. A contrario, les fils héritent traditionnellement des biens et peuvent conserver le nom de famille.

Le gouvernement indien a interdit les avortements de foetus féminins, puisque la préférence pour les garçons a entraîné une importante diminution du nombre d’Indiennes.

D’après une enquête gouvernementale, le ratio hommes-femmes en Inde est particulièrement inéquitable. Selon ces chiffres dévoilés en juillet 2020, le nombre de femmes pour 1 000 hommes était de 900 entre 2013 et 2015.

La loi indienne interdit aux médecins de révéler le genre d’un bébé en gestation aux parents, de manière à empêcher les avortements en raison du genre.

Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Signaler une erreur