Actualités

Gilets Jaunes : Jérôme Rodrigues accuse le policier de l’avoir visé « délibérément »


« Ils savaient très bien sur qui ils tiraient »

Samedi dernier, Jérôme Rodrigues a été grièvement blessé au visage lors du rassemblement des Gilets Jaunes place de la Bastille à Paris. Il risquerait même de perdre son œil droit à la suite de cet incident.

Toujours hospitalisée, cette figure connue du mouvement affirme avoir été ciblée délibérément par le policier à la demande du président de la République et du ministre de l’Intérieur !

À lire aussi : Présidentielle 2022: Afida Turner annonce sa candidature pour « régler les problèmes des gilets jaunes »

« Une tentative de meurtre »

À travers Facebook, le Gilet Jaune a dénoncé « une tentative de meurtre orchestrée par le policier mandaté par Macron et son chien Castaner ». D’ailleurs, si la police s’était défendue en disant qu’il s’agissait d’un éclat de grenade de désencerclement, l’avocat de Jérôme Rodrigues aurait déclaré avoir des « éléments matériels » pouvant prouver qu’il s’agit d’un « tir de flashball ».

Macron et Castaner !Tu pourras m’enlever un œil, un bras, une jambe… ON LÂCHERAS RIEN ! LA FAMILLE !

Publiée par Jerome Rodrigues sur Samedi 26 janvier 2019

Un gilet jaune « pacifiste »

Dans une interview avec BFMTV ce dimanche, le gilet jaune explique avoir voulu disperser des gilets jaunes en remarquant que la manifestation de samedi devenait un peu violente. Puis, alors qu’il tente de filmer la scène, il aperçoit « un policier avec un LBD dans la main » et sans caméra !

« Je me recule à ce moment-là pour les laisser charger, pour leur laisser le libre accès à leur action, et je me prends une grenade au bas des pieds qui m’assourdit et tout de suite après je me prends un tampon dans l’œil », raconte Jérôme Rodrigues en précisant qu’il aurait été blessé à l’œil par un tir de lanceur de balles de défense.

« Ils savaient très bien sur qui ils tiraient »

En visionnant le live de sa caméra, Jérôme Rodrigues aurait constaté que le policier lui tirait vraiment dessus. « Mais bon après comme je tombe par terre, le téléphone tombe aussi, mais d’autres vues montrent le tir de LBD et la flamme qui sort du pistolet à ce moment-là », poursuit-il en affirmant avoir été « visé délibérément ». « Je suis une figure du mouvement (…) j’ai été plusieurs fois pointé du doigt par la police sur d’autres manifestations, donc je pense qu’ils savaient très bien sur qui ils tiraient », souligne le manifestant.

Malgré cette certitude, Jérôme Rodrigues appelle les gens à « rester pacifistes », mais « en revendiquant leur colère plus fort » !

Signaler une erreur