Actualités

Deux-Sèvres : un homme abat 3 personnes dans son entreprise avant de se suicider


La réunion CSE se déroulait normalement dans cette entreprise de Saint-Varent avant que le drame se produise. Les questions relatives à la motivation du tueur se multiplient.

À lire aussi : Choc : Aurélie Dotremont évoque le meurtre horrible de sa sœur, tuée par son beau-père

Un homme « en arrêt de travail » a tiré sur trois membres du CSE dans les Deux-Sèvres. Le suspect a également blessé une quatrième personne avant de retourner l’arme contre lui. Atteint grièvement, il est mort au CHU de Poitiers.

Déclaré inapte pour travailler

Les faits se sont déroulé ce mercredi vers 15h dans le site d’extraction de la carrière Roy la Noubleau. D’après Pierre Rambault, maire de Saint-Varent, le suspect était un homme âgé de 37 ans, originaire de Loudun, il travaillait dans cette entreprise depuis plusieurs années. Toutefois, il y a quelques mois, les responsables lui ont spécifié son « inaptitude à tout poste », sans indiquer les causes. En tout cas, l’individu était un peu perdu après la perte de sa mère, survenue il y a près d’un an.

Il a ouvert le feu avec son pistolet 9 mm
Le suspect avait un pistolet 9 mm. Credit : Wikipédia

Adepte du tir sportif, il s’est pointé à une réunion du CSE, muni d’un pistolet 9mm. D’après les premières informations fournies par le maire : «il est entré plutôt calmement dans la pièce. À son regard, le directeur a compris qu’il se passait quelque chose. Il a sorti une arme de poing derrière la première personne qu’il a abattue. Il faisait le tour de la table ».

Une prise en charge psychologique pour la famille des victimes

Trois personnes ont perdu la vie durant cette fusillade, le responsable financier, le représentant syndical CFTC et un représentant du personnel sans étiquette. Le trentenaire a blessé une quatrième personne, mais son pronostic vital n’est pas engagé.

D’après les témoignages recueillis par Natacha Rateau, procureure de la République de Niort, « il a fait feu sur les trois personnes visiblement qu’il souhaitait abattre. » Elle a ouvert une enquête de flagrance pour homicide. La gendarmerie de Poitiers et la brigade de recherche de Bressuire sont chargées de faire la lumière sur cette affaire.

Quant à la famille des victimes et les autres participants de la réunion, ils ont bénéficié d’une prise en charge psychologique.  

Source: BFMTV

Signaler une erreur