Actualités

Attentats au Sri Lanka : le bilan s’alourdit encore 4 jours après


L'Organisation de l'État Islamique a revendiqué les attaques.

Trois jours après le drame au Sri Lanka, le bilan s’alourdit. Selon les chiffres communiqués par les autorités, les attentats du 21 avril dernier ont tué 359 personnes. Plus de 45 enfants et adolescents ont péri dans les explosions. Par ailleurs, le nombre des blessés a dépassé la barre symbolique de 500 individus.

À lire aussi : Coronavirus en Italie : le nouveau bilan est terrible

La police a arrêté 58 personnes

La police sri-lankaise multiplie les arrestations. D’après les précisions fournies par Ruwan Gunasekera, son porte-parole, ils ont interpellé 18 nouvelles personnes. Le nombre total des suspects atteint ainsi 58 personnes. Les forces de l’ordre ont réalisé des opérations dans plusieurs endroits.

En plus de ces actions, les autorités ont pris des mesures drastiques afin de préserver le calme. Le couvre-feu est en vigueur depuis la soirée du 21 avril. Les réseaux sociaux font également l’objet d’un blocage provisoire en vue d’éviter « la propagation d’images incorrectes et fausses ». Et surtout, les citoyens vivent maintenant au rythme de l’état d’urgence.

L’État Islamique a revendiqué les attentats

Les terroristes appartenaient à un mouvement islamiste local, ils ont attaqué trois palaces et trois églises. Selon Ruwan Wijewardene, le vice-ministre de la Défense, neuf kamikazes ont perpétré ces attaques suicides. Une femme faisait partie de l’équipe.

L’enquête est en cours, les autorités ont réussi à en identifier 8. Le parcours de l’un d’entre eux est étonnant.  Il a effectué une partie de sa scolarité en Grande-Bretagne et en Australie. Notons que le chef du groupe s’est suicidé au Shangri-La, un grand hôtel de Colombo.

L’Organisation de l’État Islamique a revendiqué les attentats de Sri Lanka «  en représailles à l’attaque contre les musulmans de Christchurch », la deuxième ville de la Nouvelle-Zélande. Survenu le 15 mars dernier, ce drame a couté la vie à une cinquantaine de personnes. Le terroriste a ciblé deux mosquées.

La violence appelle la violence. Que faut-il faire pour briser ce cercle vicieux ?

Signaler une erreur